Contact
Mook Jong
Accueil

Le mannequin de bois ou « Mook Jong » se compose généralement d’un tronc immobile et rigide dont les deux bras correspondent au niveau supérieur du corps. Ses bras, disposés en angle, délimitent la partie du corps allant de la tête jusqu’au plexus. Il possède également un troisième bras qui délimite la partie moyenne du corps allant du plexus jusqu’au bas ventre, et une jambe figurant la partie inférieur du corps de l’adversaire. La structure du mannequin permet de s’exercer au moyen de faire face à toutes sortes d’attaques, que celles-ci soient hautes, moyennes et basses, directes ou circulaires.
Si l’entraînement au mannequin de bois fait partie intégrante des différents styles de Kung-fu du sud de la Chine, la forme du mannequin peut changer sensiblement en fonction de ces styles. Ce qui explique que les professeurs ou maîtres de Kung-fu, appelés traditionnellement « sifu », adaptent leur mannequin aux techniques qu’ils pratiquent et que, de ce fait, il en existe différents types. C’est la raison pour laquelle, à l’instar des autres grands systèmes du sud de la Chine – tel le système « Choy Lee Fut » (dit style du léopard) qui est né également au sein du Temple Shaolin –, le Wingchun utilise un mannequin de bois adapté à ses mouvements spécifiques.
Quel que soit néanmoins le style adopté, l’entraînement au mannequin de bois aide les pratiquants des différents styles à développer, par leur travail, de nombreuses qualités telles que l’adresse, la précision, la coordination, la dextérité, la rapidité ou encore la puissance. Le mannequin de bois permet ainsi d’améliorer les qualités de chacun et d’explorer son potentiel, le but d’un tel travail étant de développer l’adresse au combat.
Toutes les composantes techniques de la forme « Sil lim tao » peuvent être isolées et travaillées séparément au mannequin de bois. Chaque technique peut être étudiée et analysée minutieusement afin d’approcher le combat d’un point de vue aussi objectif que possible. L’immobilité du mannequin donne au pratiquant l’occasion de parfaire ses mouvements par la prise en compte des angles et des distances d’attaques. L’essentiel étant, d’une part, de trouver le système de défense adéquat par rapport à ces attaques et aux déplacements qu’elles supposent mais aussi, d’autre part, d’acquérir une fluidité dans l’effectuation des mouvements.
Bien qu’il soit un précieux outil de travail, il faut souligner cependant que le mannequin de bois ne peut remplacer un partenaire d’entraînement. En effet, à la différence d’un partenaire réel, la rigidité du mannequin de bois peut provoquer, chez le pratiquant, une perte de fluidité dans l’exécution de ses mouvements. C’est pourquoi le sifu enseigne à ses élèves la manière de diffuser l’énergie cinétique produite par les mouvements spécifiques du Wingchun sur le mannequin de bois sans s’y heurter.